MORALITÉ ET BONNE CONDUITE
Vous êtes ici : Accueil » BIBLIOTHEQUE » Principes de tassawouf » Commémorer la Naissance du Prophète, selon l’illustre Cheikh Ibn (...)

Commémorer la Naissance du Prophète,
selon l’illustre Cheikh Ibn Achour

D 20 janvier 2013     H 20:27     A Madani    


agrandir

Le Mufti malékite, Cheikh de la Grande mosquée al-Zaytouna, l’illustre érudit Muhammad al-Tāhir Ibn ‘Achour composa un récit sur la Naissance du Prophète sallā Allahu ‘alayhi wa sallam. Cette épitre fut destinée à être récitée à la mosquée al-Zaytouna en présence des grands savants d’alors et des notables de la Tunisie. Son préambule vise à présenter les arguments qui plaident en faveur de la licéité de célébrer la Naissance du Prophète (mawlid). Aujourd’hui, nous sommes en droit de nous inspirer de cette fatwa, de la suivre pour exprimer notre joie à l’occasion de la naissance du Prophète, sallā Allahu ‘alayhi wa sallam.

Ibn Achour écrit :

« Ce qui m’a encouragé à composer ce récit de mawlid c’est de suivre le bel exemple des vertueux de la Communauté. Allah leur a inspiré d’orienter leur volonté (himma) à prendre soin d’honorer le jour qui correspond, chaque année, à celui de la naissance de Muhammad, Son Messager, sur lui bénédictions et salut. En effet, ils l’ont considéré comme une fête. Nous avons déduit cette considération du verset disant : « Le mois de Ramadhan dans lequel le Coran fut révélé … ». [al-Baqara : 185], et ce en guise d’honorer le mois de Ramadhan.

Quel jour est plus heureux que celui dans lequel Allah a fait apparaître, dans le monde, un enfant qui sera « celui qui sauve de l’égarement ». Grâce à lui, Allah a délivré les gens des ténèbres du polythéisme et des vices de l’ignorance.

Si les fêtes établies par la Religion couronnent l’achèvement d’actes rituels [la fête du fiṭr qui clôt le jeûne du Ramadhan ; la fête du sacrifice qui clôt le Pèlerinage], le souvenir de « l’intermédiaire suprême » les ayant transmis (actes rituels) mérite également d’être exalté et célébré.

Les Gens de bien ont coutume de célébrer la nuit de la Naissance du Prophète en récitant des prières sur lui, en aidant Sa famille, en leur donnant des présents, en distribuant, en abondance, des sadaqa, en accomplissant des actes pieux, en donnant secours aux pauvres en difficultés, en s’adonnant aux distractions licites et autorisées par les Textes de la sunna, impliquées par la réjouissance en pareille occasion. Cela s’est diffusé dans les pays du Maghreb comme dans l’Andalousie ».

Qiṣṣat al-Mawlid, p. 10-11.
(Le Récit de la Naissance du Prophète).
Traduction et présentation, Abū Chady al-Madani,
Paris, 20 janvier 2013.