Grâces

dimanche 11 janvier 2009, par Madani

Toutes les versions de cet article : [Français] [Italiano]


 61. Grâces

Quiconque dont l’état de santé est bon et dont le cœur est sain, Dieu lui donne ses grâces apparentes et occultes.

 62. Axe

Parmi les espèces de l’invocation, l’imploration car il est le cerveau de l’admiration puisqu’elle contient le fait de communiquer avec Dieu et de l’appeler par Ses beaux Noms « et à Dieu les beaux noms, Invoquez lui par ces noms »

 63. Abondance

Dieu, le Vrai, ordonne d’invoquer avec abondance, sans délimiter l’abondance, pour que l’invocateur fasse l’effort et se dissuade si son âme le fausse qu’il a atteint l’abondance. Il dit « O croyants, invoquez Dieu une invocation abondante et sabbihuhu matin et nuits ». L’invoquer avec abondance est la porte de rentrer dans la présence sacrée et de bénéficier des délices de uns.

 64. tasbîh

Allâh invoque son serviteur est le résultat de l’abondance d’invocation et « de faire tasbîh matin et après-midi ».

 65. Dieu prie

Dieu dit : « C’est lui et ses anges qui prient sur vous pour vous faire sortir des ténèbres vers les lumières ». Certains d’entre eux sont sauvés du supplice affligeant et le fait rentrer aux paradis éternels. Les autres les sort des ténèbres d’autrui et les amène vers les lumières des arcanes, c’est à dire des ténèbres des créatures aux lumières du Créateur.

 66. Apaisement

Invoquer Dieu intensément pour que les cœurs s’appaisent grâce à la présence avec l’Invoqué et se qualifie de porter les arcanes et de contempler les lumières « Grâce à l’invocation de Dieu que les cœurs s’apaisent »

  67. Prison

Le monde d’ici-bas est la prison du croyant : il faut déployer un effort pour quitter la prison et aboutir à l’existence absolue immuable, inchangeable par l’effet ni de l’espace ni du lieu. Cela sous la direction d’un guide connaissant les chemins.

 68. Renoncer

Renoncer aux accidents est la monture de renoncer aux essences humaines. Ceci est la deuxième chose demandée à l’aspirant. On lui demande d’abord de renoncer à l’amour du monde d’ici-bas et ses parures. On lui demande deuxièmement de renoncer aux univers ets es apparences, de son trône à son Lit.

 69. Enigme

Le langage des mystiques est intérieur. Leurs langues sont étranges (a’gamî). Ceci est dérivé du dire prophétique « J’ai un moment où seul Dieu me suffit » et tant d’autres vérités muhammadienne ou disons de perles de l’unicité.

  70. Emancipation

Saches que l’aspirant ne quitte pas les créatures de manière palpable. Mais il s’y débarrasse de manière symbolique au point de personnifier cet univers comme une coupole, comme un ballon ou disons comme un atome qui le laisse puis se déambule dans les océans de l’unicité. Il y voit une unique existence, sans dichotomie. Tout cela est une sortie spirituelle n’ayant aucun lien avec la sortie matérielle.


 71. Retour

Après s’être entièrement absorbé par la présence divine, l’aspirant revient à coudoyer les gens en regardant aux volets crées et ce qu’elle a entre elles et le Manifeste de lien d’effet. Le cosmos manifeste sur le micro-monde et ne se voit que Dieu même si les aspects d’autrui sont nombreux.

 72. Patience

Les manifestations de qabd, à plusieurs instants de la vie, sont incontournables. Le croyant doit les prendre avec une belle patience,« Dieu est avec les patients ». Le connaisseur doit être présent avec le Manifeste « Soit patient car ta patience vient de Dieu ».

 73. Lucre

Les biens de la connaissance divine sont plus chers et plus nobles que les biens éphémères. La connaissance de Dieu est mieux que l’argent. Elle est lucre absolu.

 74. Non- Divulgation

Il ne faut pas tenir le savoir car dans le savoir des savant une part confirmée et une obligation certaine que les savants doivent donner aux aspirants qui le quête ou au privé qui ne connaît pas la manière de questionnement car il ignore à qui le demander.

 75. Générosité

Le plus généreux des hommes est celui qui dépense avant d’être sollicité. Les Prophètes, que Dieu les agrée, ainsi que les saints que Dieu soit satisfait d’eux, suivent tous la moralité de Dieu, selon le Coran : « Quand ton Seigneur préleva des fils d’Adam, de leurs reins, leur progéniture et les rendit témoins sur eux même : ne suis-je pas votre Seigneur » - Mais oui ! Nous en témoignons ». Le Prophète dit : « suivez les moralités de Dieu » c’est à dire il dépensé sur ses créature le jour de « ne suis-je pas votre seigneur » et les appris son unicité et les tient comme témoins sur eux mêmes.

 76. Divergence

La divergence est parmi les propriétés des humains. Ils ne parvenons point à s’accorder sur la même croyance ou la même doctrine et « c’est pour cela qu’il les a crée »

 77. Divagation

Ce que disent les soufis, lors de leurs divagations, est un propos surgissant de s’être noyé dans l’océan de l’unicité et absent des chimères cosmologiques. Avec interprétation, les divagations reviennent aux textes de la sarî ‘a.

 78. Début et fin

La voie mystique a un début et une fin. Son début implique l’observance des obligations rituelles, l’accomplissement d’actes surérogatoires dans la mesure du possible et le respect de belles éthiques. Quant à sa fin, elle est connaissance de Dieu avec certitude et l’arrivée à sa Présence sacrée pour bénéficier du plaisir de son contentement et de s’absenter du monde des sens. « Puis vers ton Seigneurs sont les fins ».

 79. Novices

Tous les novices, quelle que soit leur camp, quelle que soit leur branches, n’acquièrent pas un regard d’affection de leur maître ne bénéficient pas de leur savoir. Pis encore ils reculeront sur leurs talons. Invoquons dieu de nous préserver.

 80. Regard

La pureté du novice et sa soumission sincère à son maître, lui donnent, de sa part, un regard du cœur et une affection spirituelle. Le maître lui accorde ce que Dieu lui a confié. Il advint qu’il amène à la présence prophétique. Il se peut qu’il l’amenait à la présence Divine. Il deviendrait des serviteurs de Dieu approchés et c’est l’objet pour lequel l’on accompagne un maître.




Envoyer un message

Facebook