La Parole du Miséricordieux

samedi 6 novembre 2010, par Madani

Toutes les versions de cet article : [عربي] [Français]






Le Prophète, sur lui bénédictions et salut, Ses Compagnons ainsi que tous les pieux, étaient tous sensibles à la Parole d’Allah. Chaque verset coranique est une station spirituelle, méditée avec la plus grande sincérité. Ce récit nous montre cette profondeur et nous exhorte à méditer davantage La Parole du Miséricordieux.

Al-Asma‘ī [1] rapporte :

Un jour, je revenais de la mosquée de Basra lorsqu’un frustre bédouin apparut sur son chameau, un sabre et un arc à la main. Il se rapprocha, me salua et dit :

  • D’où es-tu ?
  • Des Banī Asma‘, répliquai-je.
  • C’est toi al-Asma‘ī ? S’enquit-il.

J’acquiesçai.

  • D’où arrives-tu ? Me questionna-t-il.
  • D’un lieu où l’on récite la Parole du Miséricordieux, répondis-je.
  • Le Miséricordieux a une parole que les Humains récitent ? m’interrogea-t-il.
  • Oui, dis-je.

Récite en moi quelques passages ! M’enjoignit-il.

Alors je récitai [la sourate] : « Par les vents qui éparpillent » et jusqu’au verset : « et il y a dans le ciel votre subsistance et ce qui vous a été promis  ».

  • Ca suffit Asma‘ī ! M’interrompit-il.

Puis, il se leva et sacrifia sa chamelle. Il la découpa sans la dépecer et dit :

  • Aide-moi à en faire offrande.

Nous l’offrîmes à ceux qui allaient et venaient. Puis, il se saisit de son sabre et de son arc, les brisa tous deux et les plaça sous son bagage. Il repartit vers les steppes en récitant : « Il y a dans le Ciel votre subsistance et ce qui vous a été promis ».

Je me mis alors à me haïr et à me blâmer.

J’accomplissais le pèlerinage avec al-Rachīd [2] . Alors que je faisais le circuit autour de la Ka‘ba [3] , j’entendis une faible voix. Je me tournais et vis le même bédouin. Il était affaibli et pâle. Il me salua et prit ma main.

Récite-moi la Parole du Miséricordieux ! Me demanda t-il.

Il me fit asseoir derrière le Maqām . Je récitai la [sourate] : « Par les vents qui éparpillent jusqu’au verset : « et il y a dans le ciel votre subsistance et ce qui vous a été promis ».

Nous avons trouvé la promesse du Miséricordieux véridique, dit-il. A-t-Il dit autre chose ?

Oui, répondis-je : Il dit : « Par le Seigneur du ciel et de la terre ! Ceci est tout aussi vrai que le fait que vous parliez. [4] ».

Le bédouin s’écria et dit : « Qu’Allah soit exalté ! Qui ose provoquer l’ire du Majestueux au point qu’Il jure ? N’a-t-on pas cru Sa Parole au point de Le pousser à jurer ?
Il dit cela trois fois avant de rendre l’âme.

Al-Qurtubī, Tafsîr, XVII, p. 29-30


[1Un grand philologue arabe (né : 740- m. 831).

[2Cinquième calife abbaside. Il a régné de 786 à 809.

[3Temple noir à la Mecque.

[4Coran, 51, 23.




Envoyer un message

Facebook