MORALITÉ ET BONNE CONDUITE
Vous êtes ici : Accueil » BIBLIOTHEQUE » Etudes » Les trois catégories de « cheminants »

Les trois catégories de « cheminants »

D 12 mai 2011     H 15:38     A Madani    


Toutes les versions de cet article : [عربي] [English] [Español] [français] [Português] [русский]

agrandir

Cheikh Muhammad al-Madani (m. 1959) divise les hommes qui se dirigent vers Allah en trois catégories nettement distinctes.

a- Les Gens de la bénédiction : Il s’agit des fidèles qui se consacrent entièrement aux actes d’adoration (‘ibādāt), sans trop se soucier d’atteindre la Connaissance d’Allah.

b- Les Gens de la gauche : ceux qui nient la Connaissance après l’avoir reçue. Ceux-là doivent cependant garder l’espoir en la miséricorde d’Allah.

c- Les Premiers, ceux qui devancent les autres : ils sont les plus proches et bénéficient déjà du paradis de la Connaissance avant d’accéder au Paradis éternel.

Sidi Muhamamd al-Madanī a dit :

« Ce que l’Elite [1] comprend de ce verset [Coran, 56, 14], selon l’interprétation allusive, est que, lorsque l’univers cosmique se réalise et que sa facette illusoire disparaît des yeux du Connaisseur, les hommes qui cheminent vers Allah se divisent en trois catégories :

Les hommes de la droite, ceux qui ont de la chance, la bénédiction et les bonnes actions. Ce sont eux qui s’appliquent à accomplir les actes rituels qui les rapprochent d’Allah. Ils sont ceux qui se dirigent vers la Présence sacrée. Comme fruit de cette intention, ils accompliront davantage les actes rituels, s’attacheront plus aux actes surérogatoires, même s’ils n’obtiennent pas la grande Connaissance et n’aboutissent pas à la Présence sacrée. Le deuxième groupe se forme des Gens de la gauche, dont la fin sera mauvaise et qui éprouveront un triste revirement. Ce groupe dévie du droit chemin ; sa lumière s’amoindrit et devient une obscurité qui couvre le cœur au point de nier la Connaissance qu’ils ont acquise. Peut-être le diable leur souffle-t-il qu’elle s’oppose aux préceptes de la Révélation coranique. Cela se produira si la ruse d’Allah les enveloppe. Ils seront au nombre des gens maudits dont la fin sera terrible. Cependant, le fait de les mentionner entre les gens de la droite et les Premiers qui devancent les autres, donne espoir en la miséricorde divine à leur égard. Puisse-t-Il leur tendre la Main et les élever de la bassesse de l’altérité vers la hauteur de la majesté de l’Unicité. « Cela n’est point difficile pour Dieu ». [Coran, 35:17].

Les Premiers, qui devancent les autres, ont obtenu la Connaissance du Seigneur, en faisant disparaître l’altérité et en existant uniquement par Lui. Ce sont eux les proches de Dieu, le Réel, qui en devient ouïe et vue, dans le Paradis éternel, car leurs esprits se sont déjà magnifiés dans le Paradis de la Connaissance, puis dans le Paradis des délices, ou autrement dit : d’abord dans le Paradis du Sacré (Allah) avant d’accéder au Paradis du firdaws. Parmi ces Premiers figurent les premiers Compagnons de la communauté muhammadienne. La majorité, pour ne pas dire la totalité, de cette première génération figure parmi ceux qui occupent le plus haut rang et la position plus honorable. Ils étaient tous au summum de la Présence avec le Vrai. Les ombres de l’insouciance ne traversent point leur pensée. Ils ont dépensé leurs âmes pour Allah en quête de Sa Générosité. Il en va de même pour un petit nombre des Dernières Générations de la Communauté muhammadienne. Dieu merci, il en existe encore ! Il est possible que la prophétie suivante fasse allusion à eux : « Un groupe de ma Communauté ne cessera point d’observer les préceptes d’Allah. Ceux qui les abandonneront ou divergeront d’eux n’auront aucun impact sur eux et ce jusqu’à ce que vînt l’ordre de Dieu. Ils resteront sur cette voie ». Cette tradition a été rapportée par al-Baghawī et elle est également confirmée par un deuxième hadith : « La Terre ne sera point vide des quarante hommes qui ressemblent à l’Ami d’Allah [Abraham]. C’est grâce à eux que la pluie tombe et c’est grâce à eux que vous avez votre subsistance. Chaque fois que l’un d’eux meure, Allah le remplace par un autre. »

Commentaire de la sourate 56 (al-Wāqi‘a, verset, 14, p. 14).

Muhammadal-Madani.


[1Dans la terminologie de l’auteur, le terme « khâssa »signifie l’élite des croyants qui ne s’arrêtent pas aux apparences et s’appliquent à accéder aux sens profonds des versets.