MORALITÉ ET BONNE CONDUITE
Vous êtes ici : Accueil » BIBLIOTHEQUE » Poèmes (traduction) » Ô ! Envoyé d’Allah

Ô ! Envoyé d’Allah

D 2 février 2010     H 23:22     A Madani    


Toutes les versions de cet article : [عربي] [français]

agrandir

Ô ! Envoyé d’Allah, la nuit a brillé d’une lumière miraculeuse,
De la lumière, elle a tiré sa brillance et son épanouissement de Ton éclat sans pareille ;

Et le flux de sainteté a débordé de ses limites et s’est répandu

Dessus l’Eternité, dessus l’Eden, plutôt dessus tout ce qui est noble.

Ô ! Je n’ai pas le droit de Te conter, encore moins celui de Te peindre sous les traits des hommes ; car ce serait une offense envers Toi.

Si je disais que tu es la Grâce en personne, mon verbe serait bancal.

Tu nous es venu d’un monde invisible pour un autre invisible ;

Tu nous es venu d’une origine confirmée

Non ! Je ne demanderais où Tu étais, car Tu t’envelopperais dans la discrétion.

Et la mer de l’existence est inconnue et pour toi, elle est le meilleur des centres.

Tu es descendu des hauteurs sublimes afin d’être pour nous la clémence que l’on thésaurise.

Nul ne pourra jamais faire ce qui tu as fait et ce grâce au Miséricordieux qui t’a autorisé à venir à Lui horizontalement.

Mon Maître al-‘Alawi a dit, et à ses paroles je fais allusion, :

« Avant, tu es modelé par l’Omnipotence divine, puis tu as affleuré au monde visible et patent,

Alors que tu étais comme une station dans le royaume invisible, fait de douceur universelle ».

Toute la matière a été crée à cause de toi, et à toi tout renvoie.

Et si je dis que tu es la source, je ne dis que la vérité stricte.

Qui t’obéit, obéit en vérité à notre Maître, comme cela est mentionné dans le Verbe miraculeux.

Il t’a donné de grandes vertus, que nul ne peut circonscrire ni compter.

Le Livre n’a-t-il pas dit tes louanges ?

Alors qu’on veut-on que mes vers suffisent à te louer ?

Que je parle beaucoup, que je parle peu ; ce sera toujours insuffisant : je ne te louerai jamais assez ;

Et Madani offre, d’avance et de bonne grâce, son esprit en guise de dot ;

Dans l’espoir que l’Intercesseur lui réservera auprès de lui une place d’où il puisse prouver sa sincérité.

Ayā Rasūlu ashraqat

Ayā rasūlu ashraqat ** laylatun bi-nnūri l-mu‘jiz

Min sanāka azharat ** wa-ishrāqika l-mumayyaz

Wa-fyāḍu l-qudsi jalla ** ‘an ḥudūdin aw taḥyyuz

Fawqa l-khuldi fawqa ‘adnin ** bal fawqa kulli mu‘azzaz

Fa-ḥāshāka an tuḥākā ** aw bi-waṣfi l-khalqi tunbaz

In qultu r-ruḍwānu anta ** kāna lafḍhī fīka mūjaz

Ji’ta min ghaybin li-ghaybin ** ji’ta min aṣlin ta‘azzaz

Lā aqūlu ayna kunta ** bil-kitmāni nataḥarraz

Idh baḥru l-wujūdi ghaybun ** wa ilayka khayru markaz

Juzta bi-r-Raḥmān ufqan ** ghayruka ‘an hādhā ya‘juz

Tanzzalta min tanzīhin ** raḥmatan li-l-khalqi tuknaz

Qāl ustādhī l-‘Alāwī ** wa ilā qawlih alghiz

Kunta qablu jabarūtan ** aṣbaḥta mulkan mubarraz

Barzakhun fī l-malakūti ** min luṭfin fa-laysa yuḥjaz

Shuyyidat biـka l-awānī ** wal-kullu ilayka yarmuz

Man yuṭi‘ka qad aṭā‘a ** Rabbanā fī l-qawli l-mu‘jiz

A‘ṭāka khuluqan ‘aḍhīman ** laysa yuḥṣar aw yuḥayyaz

Yakfīka l-kitābu madḥan ** lā yafī n-naḍhmu l-murajjaz

Wa l-kathīru kalqalīli ** fī t-taqṣīri laysa yuḥriz

Wa-l-Madānī yuhdī minhu ** rūḥahu mahran munajjazz

Rājiyan ‘inda Shshafī‘i ** maq‘adan li-ṣṣidqi yabruz