MORALITÉ ET BONNE CONDUITE
Vous êtes ici : Accueil » BIBLIOTHEQUE » Poèmes (traduction) » Toi, qui veux parvenir !

Toi, qui veux parvenir !

D 4 avril 2010     H 12:49     A Madani    


Toutes les versions de cet article : [عربي] [français]

agrandir

Cheikh sidi Mohammed al-Madani (1888-1959) a fondé une « voie d’aboutissement », aidant l’aspirant sincère à parvenir à la proximité d’Allah. En se référant aux Textes sacrés et unanimes de l’Islam, il fournit ici de précieux enseignements indiquant les stades du Chemin avant d’atteindre l’extinction et la pérennisation (fanâ’ wa baqâ’). Dans ce poème (Toi, qui veux parvenir ! Yâ man yurîd al-wusûl), le Cheikh rappelle les actes et vertus nécessaires à l’accomplissement spirituel de l’aspirant. L’on notera à nouveau l’attachement du Cheikh à asseoir ses préconisations sur le Coran et la Sunna ; Sa voie n’étant autre que la retraduction éducative de la religion avec ses trois piliers.

Toi, qui veux parvenir (à Allah),
qui désires être bien accueilli par nous,
Suis la voie des Hommes (dignes de ce nom),
la voie des gens de l’extinction et de la pérennisation [1] ,
Suis la voie des Hommes, jette (loin de toi) la polémique creuse [2].
Voici la beauté, de l’honneur, de l’élévation.
Attends-nous devant les portes et nous lèverons le voile devant toi ;
Nous dévoilerons pour toi (le chemin) du rapprochement et tu triompheras après tes peines.
Mais coupes les illusions (courantes) chez les hommes ; bannis-les ;
Ainsi tu pénétrerais dans la mer de l’amour ardent où ta passion se tremperait ;
Absente-toi de l’existence ; cache-toi de ce qui est condamné à périr ;
Tu saurais le goût du témoignage et tu t’ennoblis en compagnie de tes amis.
Ressouviens-toi d’Allah comme les Gens accomplis et écarte l’illusion loin de toi,
efface tout ce qui est autre qu’Allah et tu saurais le sens de la pérennisation ;
Répète fréquemment le Nom Suprême ; enroule l’univers ; tu aurais ainsi ton butin ;
Tu saurais les sens de la pré-éternité et tu étancherais ta soif auprès de celui qui abreuve ; Tu serais abreuvé à une source vive et abondante, à la source de l’Envoyé fidèle ;
Que sur lui se répande à tout instant la bénédiction de qui brûle de passion ;
Que son salut soit sur ceux qui furent élevés parmi les gens,
sur ses compagnons vertueux et tous les prédécesseurs ;
Et al-Madani veut, constamment et toujours, de toi se rapprocher comme de sa veine jugulaire [3] ou même plus près encore [4] .


[1« Je n’ai point goûté à la saveur du vin avant (de connaître) tes verres ; et l’extinction Comprend en vérité la pérennisation. » Il ne nous a pas été possible de savoir qui a écrit ces vers que nous avons trouvés manuscrits et signés par trois initiales restées jusque-là pour nous énigmatiques N. B. S ; archives privées de la zawiya madaniyya de Qsibet-al-Madyuni.

[2« Ne discutez avec les Gens du Livre que de la manière la manière la meilleure », Coran, XXIX, v. 46.

[3« Et nous sommes plus proche de Lui que sa veine jugulaire », Coran, L, v. 16.

[4« Il était à une distance de deux jets d’arc ou même plus près encore », Coran, L III, v. 9.