Suites lumineuses des « Nobles Assemblées »

mercredi 5 décembre 2012, par Madani


Ce que l’on doit ressentir après toute rencontre spirituelle

Un jeudi soir, de l’année 1986.

Dans une petite pièce de la Zāwia de Ksibet al-Madyūnī.

Il faisait très froid.

Drapés dans leurs jolis burnous rouges, visages radieux, barbes blanches très bien coiffées, une vingtaine d’anciens disciples madanīs, viennent de finir une assemblée (ijtimā‘).

C’était leur tradition depuis les années vingt. Toujours, la même fidélité au souvenir de leur Cheick al-Madanī ; et le même dévouement au Cheikh actuel.

Suite à cette belle réunion, feu sidi al-Hāj al-Sādiq al-Mi‘lāl, (ancien Muqaddam d’un petit village tunisien appelé Chrāhil) prononça, lentement et distinctement, ces paroles :

« Lorsque une assemblée (réunion, ijtimā‘) se termine, on doit immédiatement songer au repentir (tawba), à reprendre le chemin dès le début, à retrouver le statut de novice, à ressentir que nous ne sommes qu’un néophyte nécessiteux d’être guidé et cherchant à servir ses frères. Notre devise :


دَائِمًا فَقيرٌ جديدٌ
« Dā’iman faqīr jadīd »
« Je suis, à jamais, nouveau disciple ».

Ces paroles étaient prononcées par un disciple illettré qui n’a jamais fréquenté d’écoles, sauf celle du Cheikh al-Madanī. C’est sous son regard, tendre et affectueux, qu’il a appris à être sincère en parlant d’Allah, et en s’adressant à Lui.

La rencontre de nos frères et sœurs à Lyon, ce samedi 1 décembre 2012, m a rappelé ces paroles. Je ne fais que les rapporter, comme si vous les entendez de sidi al-Hāj al-Sādiq al-Mi‘lāl (nommé par ses condisciples : sāḥib an-niyya, le sincère presque naïf dans sa ferveur et amour).
Après toute réunion, le disciple doit observer les aḥwāl (états spirituels) suivants :

1- Louer Allah pour la Grâce qu’Il nous a accordée : celle d’être présent à l’assemblée. Allah aurait pu choisir de nous mettre dans un autre contexte. S’Il nous a facilité la réunion d’invocations, pour Lui et par Lui, c’est qu’Il est satisfait de nous. Le croyant est tenu de remercier Allah pour toutes Ses innombrables et infinies grâces (ni‘ma) ; notamment celle d’être parmi les Gens d’Allah.

2- SUPPLIER ALLAH DE NOUS ACCORDER DAVANTAGE DE GRACES et de ne pas nous en priver tant qu’on est en mesure d’assister. Car, nulle grâce ne vaut celle d’être baigné dans l’amour d’Allah, de son Messager, sallā Allah ‘alayhi wa sallam et de Ses Gens, les invocateurs.

3- Renouveler son repentir : chaque réunion est l’occasion pour revenir vers Allah, avec la même humilité et la même volonté de rompre avec les mauvaises actions et de s’embellir des belles. On doit veiller à ce que les lumières divines qu’Il nous a accordées pendant ces assemblées ne deviennent un voile qui accroît notre vanité, nourrit notre orgueil ou crée en nous, ne serait-ce qu’un cran de mépris à l’égard de nos frères qui n’y étaient pas.

4- GARDER LA LUMIERE DE LA REUNION : À la suite des réunions, nous sommes le plus souvent illuminés, baignés dans la Grâce d’Allah. Ainsi, aucune autre discussion de l’ordre du temporel ne doit profaner cet état pur, élevé, afin que les lumières du dhikr demeurent, que ses effets s’ancrent en nous et que ses traces bénies durent le plus long possible. Car hélas, les contraintes matérielles de la vie quotidienne auront tôt fait de nous engloutir à nouveau.

5- Parfaire ses agissements : et changer positivement son comportement après les réunions. Une assemblée est essentiellement destinée à aider les disciples à corriger leur comportement à l’égard d’Allah, de son Messager, sallā Allah ‘alayhi wa sallam, et de leur entourage (familial, professionnel et social…) Il faut que les traces lumineuses rayonnent en eux, se manifestent dans leur manière d’être et leur mode de vie.

6- SE RAPPELER LES VERTUS DE LA VOIE : La vie, la vraie, est celle où les cœurs s’apaisent en se détachant de ce bas-monde pour embrasser l’au-delà. Non pas y aller, mais plutôt fusionner avec la Vérité. À l’instar de tout voyage, on a besoin d’un guide pour arriver à bord. La réunion et ses suites aident à revivre Les états spirituels du Prophète et à progresser ; et ce grâce à la baraka du Cheikh. Etre sincère, pur et humble devant son Cheikh et ses frères, c’est ce qui étanche la soif et conduit à la Proximité. Entre ses mains, l’âme renaît en l’observant dans le moindre geste, s’assagit en sa compagnie ; et quand il nous aime, l’âme s’éteint.

rencontre spirituelle

N. al-Madani, 02- décembre 2012.



Envoyer un message

Facebook